FESTIVAL DU 11 AU 17 OCTOBRE 2021 – REIMS

Sélène Saint-Aimé

Sélène Saint-Aimé, l’avenir radieux

La jeune contrebassiste Sélène Saint-Aimé est LA révélation de la scène française. Son premier album Mare Undarum a soufflé tout le monde : journalistes, musiciens, public. Elle sera en concert le jeudi 14 octobre 21h au Shed.

Sélène Saint-Aimé est une jeune contrebassiste, chanteuse et compositrice d’origine caribéenne et africaine. Désormais basée à Paris, elle a étudié avec des musiciens de renommée internationale comme Steve Coleman, Lonnie Plaxico, Ron Carter… Son identité se développe au travers de voyages et rencontres (Cuba, Martinique, USA, Afrique du Nord, Espagne, Italie…). 

Son concert au Sunnyside Festival le jeudi 14 octobre 21h au Shed sera certainement un des chocs de cette édition.

Mare Undarum, l'album de la révélation

Dans la mythologie grecque, Séléné (fille des Titans Hypérion et Théia) représente la déesse de la pleine Lune. Passionnée par la beauté et la poésie de ce satellite naturel de la Terre, la jeune musicienne s’inspire de la sélénographie (l’étude de la surface et du relief de la Lune) dans ses compositions.
“Mare Undarum” explore tel un récit autobiographique l’univers des mers lunaires. Ces larges plaines basaltiques formées lors d’impact de météorites révèlent chaque faille et inévitables expériences de la vie…
Sélène partage avec sensibilité sa musique, originale, créative et d’un lyrisme surprenant.

Saluée unanimement par la presse

Il est rare qu’un premier album reçoivent autant de louanges, surtout pour une musicienne jusqu’à présent si peu identifiée : Le Monde, Libération, France Info, France Culture et France Musique, Jazz Magazine et Jazz News, et beaucoup d’autres. 
L’ensemble des journalistes ont été totalement soufflé par la maturité et le talent de cette contrebassiste et compositrice.

« Sélène Saint-Aimé, une des meilleures bonnes nouvelles de ces temps qui en manquent »

Francis Marmande - Le Monde

« Une étoile est apparue dans la galaxie du jazz français  : Sélène Saint-Aimé, dont le prénom en référence à la déesse de la pleine lune dans la mythologie grecque s'avère prédestiné. Le céleste objet tourne ainsi en orbite autour de ce disque, l'irradiant sous plusieurs facettes, de la couverture – qui la montre auréolée d'une lune rousse – à son titre, Mare Undarum, la «mer des ondes» formée à la suite de coulées volcaniques sur la Lune.»

Jacques Denis - Libération

McCraven a toujours été un artiste collaboratif et Deciphering The Message présente des éléments nouvellement enregistrés du vibraphoniste Joel Ross, du trompettiste Marquis Hill, du saxophoniste alto Greg Ward, des guitaristes Matt Gold et Jeff Parker, du bassiste Junius Paul et de De’Sean Jones au saxophone ténor et à la flûte. . De cette façon, Deciphering The Message relie le passé et le présent, prouvant que les musiciens deviennent des légendes en parcourant les mêmes routes avec des créateurs partageant les mêmes idées, tous évoluant vers le même objectif.

Sélène Saint-Aimé et les mots

Les inspirations musicales de Sélène Saint-Aimé sont nombreuses : de Ron Carter à Abbey Lincoln en passant pas Steve Coleman. En écoutant son disque et en lisant ses interviews, la référence aux mots est omniprésente. La musicienne est également poète.

paene umbra
Lunar eclipse, around 4am Jan 21st 2019

Collage d’humeurs
Assemblage gris d’arbres trop sages pour parler plus fort que moi.
Je crie – Je veux
Je rate.
Réessayer les essayages ne me tourmente plus que les hauteurs des Monts Riphées.

Patience !

X