cécile McLorin salvant

MARDI 11 OCTOBRE 20H30
LA CARTONNERIE

Line up

Cécile McLorin Salvant voix
Marvin Sewell guitare
Glenn Zaleski piano
Paul Sikivie contrebasse
Keita Ogawa percussions

“Du haut de ces 33 ans, trois Grammy Awards vous contemplent”. Le genre de phrase qui pourrait être définitive, vous installer tranquillement dans le confort et dérouler une carrière courue d’avance.
C’est mal connaître Cécile McLorin Salvant. Si vous cherchez la chanteuse franco-américaine vous la trouverez plus certainement du côté de l’éclectisme voir de l’étrangeté.
 
Formée au classique et bercée au jazz, au blues et au folk, la chanteuse et compositrice démontre au fil de ses projets l’envie de construire une œuvre fascinante et aboutie. Après l’ambitieux Ogresse, son dernier album Ghost Song est conçu comme un cycle où les thèmes se répondent. En regard de ses compositions originales, elle met en lumière un talent de curatrice : elle a fait un choix habile et surprenant de reprises (Kate Bush, Gregory Porter, Sting, Harold Arlen et Kurt Weill) qu’elle relit avec un talent rare, chaque morceaux déployant son propre univers.

Il ressort de « L’expérience Ghost Song » (car il s’agit bien là d’une véritable expérience) la démonstration d’une imagination fertile,d’une interprétation qui fait exploser les textures et les rythmes, d’une étourdissante et joyeuse audace. Peut-être tout simplement lumineux.

“Du haut de ces 33 ans, trois Grammy Awards vous contemplent”. Le genre de phrase qui pourrait être définitive, vous installer tranquillement dans le confort et dérouler une carrière courue d’avance.

C’est mal connaître Cécile McLorin Salvant. Si vous cherchez la chanteuse franco-américaine vous la trouverez plus certainement du côté de l’éclectisme voir de l’étrangeté.

Formée au classique et bercée au jazz, au blues et au folk, la chanteuse et compositrice démontre au fil de ses projets l’envie de construire une œuvre fascinante et aboutie. Après l’ambitieux Ogresse, son dernier album Ghost Song est conçu comme un cycle où les thèmes se répondent. En regard de ses compositions originales, elle met en lumière un talent de curatrice : elle a fait un choix habile et surprenant de reprises (Kate Bush, Gregory Porter, Sting, Harold Arlen et Kurt Weill) qu’elle relit avec un talent rare, chaque morceaux déployant son propre univers.

Il ressort de « L’expérience Ghost Song » (car il s’agit bien là d’une véritable expérience) la démonstration d’une imagination fertile,d’une interprétation qui fait exploser les textures et les rythmes, d’une étourdissante et joyeuse audace. Peut-être tout simplement lumineux.

INFOS PRATIQUES

SUR PLACE